Pékin – Caen —) le défi (mise à jour 28/10)

Notre licencié Philippe Richez prendra le départ le 1 er septembre prochain d une aventure extraordinaire. Accompagné d’Antoine Aoun Paraplégique ainsi que d’Arthur Noul Paraplégique, Ils vont partir de Pekin, pour rejoindre Caen en 8 semaines soit 12 000 km dont 6000 km en vélo.
Le but de ce défi est de faire partager leur passion pour l’aventure et le sport qui sont toujours riches d’enseignements et de contacts humains. C’est cette richesse qui les encourage à se lancer aujourd’hui dans ce nouveau périple. Un projet soutenu et parrainé par Nicolas HULOT
Vous pouvez suivre leur parcours pendant ses 2 mois par le sitehttp://www.antoineaoun.com/ ou sur la page Facebook Pékin – Caen : le défi
04/09
Bonjour à tous, journée d’enfer aujourd’hui sur Pékin. Une pluie torrentielle s’est abattue sur la ville pendant des heures. Nos vélos sont entreposés à quelques rues de l’hôtel, la vidéo ci-jointe vous donne une idée de ce qui pouvait tomber sur le trajet entre l’hôtel et l’entrepôt.
Pour des raisons de sécurité, nous avons préféré reporter notre départ à demain car la météo nous annonce une meilleure journée.
Le morale de l’équipe reste bon malgré le retard cumulé.
05/09
Pékin-Caen c’est parti! Le départ a eu lieu ce matin devant la cité interdite. Une première étape de 100 km a été réalisée sous la pluie. L’équipe a des gros problèmes de connexion, vous n’aurez donc les photos que demain. Tout le monde va bien et le moral est bon

07/09

Aujourd’hui Le 7 septembre, nous avons fait une superbe étape avec Philippe, nous avons parcouru 110 kms et il faisait super beau et même chaud. Arthur n’a pas pu se joindre à nous étant gêné par la pollution (à savoir qu’il ne vit qu’avec un seul poumon). Nous aurions pu faire plus mais cela nous aurait éloigné encore plus de Jining car il fallait calculer la distance pour le retour.

Pareil que la veille, nous avons fait du stop et avons été pris en stop dans une camionnette. Idem, pas un mot échangé, que des sourires et des gestes. Le conducteur nous a déposé devant notre hotel et n’a rien voulu accepter en contrepartie.

Comme d’hab c’était superbe, les gens s’arrêtent ou nous arrêtent régulièrement pour nous parler même si on ne se comprend pas. Je ne peux pas vous dire combien de voitures se sont mises en warning afin d’être à notre hauteur et pouvoir nous filmer ou simplement nous prendre en photo.

Nous avons carrément changé de paysage, nous attaquons la Chine profonde. Les gens n’ont pas le même regard ou le même look qu’à Pékin ou même à Jining. On voit bien que les routes ne sont pas peuplées pareil. Les commerces sont très proches des routes qui sont plus petites que les grands boulevards des grandes villes. En quittant le centre ville de Jining, un chauffeur de bus a arrêté son engin et est descendu pour nous filmer en plein milieu de la route. Un autre sur la route nous a filmé, il s’est arrêté un peu plus loin et est revenu vers nous pour donner à Philippe deux yaourts en bouteille. Dès que nous sortons de l’hôtel, tous les salariés de l’établissement et les travailleurs des alentours arrêtent de travailler pour se réunir autour de nous.

Pour ne rien vous cacher, c’est très plaisant de voir toutes ces personnes venir à notre rencontre ou ces voitures ralentir à notre hauteur pour échanger un regard ou filmer un handbike qui vient d’un autre temps. C’est une source d’énergie et c’est plus agréable de voir du monde que de se sentir seul au milieu de nulle part.

Nous sommes toujours gênés de ne pas avoir un véhicule à notre disposition mais c’est la loi Chinoise et nous devons la respecter. Comme nous n’avons pas de permis de conduire chinois nous ne pouvons pas louer de voiture. Pour rappel nous avons dû laisser le véhicule d’assistance à l’aller à Moscou car aucun assureur ne voulait assurer le véhicule plus loin, du coup nous sommes obligés de faire du stop à la fin de chaque étape.
Nous croisons les doigts pour pouvoir en louer un en Mongolie où nous arrivons mercredi 9 septembre et retrouver une certaine indépendance.

Nous faisons de notre mieux pour vous fournir un max de photos et de vidéo. Encore merci d’être de plus en plus nombreux à nous suivre et un grand merci à nos partenaires. Ne soyez pas inquiets si dans les prochains jours nous ne donnons pas de nos nouvelles. Je pense que la traversée du désert de Gobi sera sans aucune connexion (j’espère me tromper).

 

08/09

Aujourd’hui journée à la fois calme et mouvementée. Nous avons pris le train ce matin à Jining pour arriver cet après-midi à Erenhot après 6h30 de voyage. C’est notre 3ème étape. Les trains chinois roulent doucement et s’arrêtent souvent. Nous sommes à 3 km de la frontière Mongole. Nous traversons la frontière demain.

Certaines photos montrent le degré de pauvreté dans lequel vivent les gens éloignés des villes. Là où nous sommes ce soir, ça a l’air très riche. Les routes sont propres et les voitures stationnées laissent apparaître une certaine richesse.

 

09/09

Notre arrivée à la frontière Mongole. Les douaniers chinois ont été sympas, ils nous ont laissé passer et c’est une grande première car c’est normalement interdit de traverser la frontière en vélo. Les choses ont failli se compliquer côté mongole mais plusieurs personnes se sont mobilisées pour leur expliquer qu’Arthur et moi ne pouvions pas descendre de nos handbikes. Au final tout s’est bien arrangé. C’était plus compliqué pour faire passer nos bagages car il fallait déménager nos affaires d’un taxi chinois vers un taxi mongole. Petite étape aujourd’hui : seulement 20 km car nous avons passé des heures à la frontière avec nos affaires par terre avant de trouver une voiture et un chauffeur pour nous accompagner avec le matériel sur les routes mongoles.
MESSAGE DE PHILIPPE
Coucou, les ami(e))s, me voila de retour.Merçi à Adélie de vous avoir tenue au courant de nos péripéties. L’équipe vient de passer la la frontiiere Mongole.les douaniers ont été cool., surpris. Demain, sérieux attaquons le désert de Gobi,arriver Oulan bator lundi prochain, confiant le vent est de l’est . Je vous donnerai de nos nouvelles dés que possible, et oui pas de connextion partout
A bientôt Philippe
12/0​9

Aujourd’hui journée agréable mais très difficile. Nous sommes partis avec un magnifique soleil, il faisait 6 degrés. Le soleil ne nous a pas quitté de la journée, le relief montant et le vent de face non plus. Ce dernier est une valeur sure, il ne vous quitte jamais et quand il vous laisse tranquille quelques instants il revient sans vous prévenir.

Nous avons eu des faux plats montant toute la journée, j’arrivais péniblement à atteindre les 20 km/heure en descente. Si vous voulez traverser le désert de Gobi en vélo, faite le du nord au sud et non l’inverse comme nous le faisons nous !

Nous avons aussi rencontré Tania et son mari Denes, ils sont allemands et on quitté l’Allemagne il y a deux ans. Nous avons parcouru 110 km malgré les côtes et le vent.

Souhaitez nous une journée ensoleillée et sans trop de côte pour demain. L’équipe va bien, le moral est au beau fixe. Une seule chose nous manque : avoir notre propre véhicule ce qui nous permettrait de mieux manger. Je ne vous cache pas que ce soir nous sommes bien fatigués et espérons augmenter notre moyenne à partir de demain


​13/09​

Bonjour les ami(e)s .Journée difficile , le Gobi ne nous a pas fait de cadeau , c’est interminable vent du nord plus un relief montagneux . Qui a dit que les désert étaient plats ,c’est des C ……. Notre ami Bagy , notre chauffeur est vraiment cool , il nous sert d’interprètre ,ça nous sauve la mise .110 kms ont été parcouru ,nous sommes mort .demain sera un notre jour. A bientôt .

14/09

Coucou , les ami(e)s , aprės le Gobi ,un repos bien mérité à Oulan batar avec mon ami Chegi pas vu depuis 1999 , retrouvailles chaleureuses . Profitons de la tréve pour la lessive , contrôle matériel ,emplettes .Demain départ vers la Russie .

A bientôt pour de nouvelles aventures.

17/09

Petites nouvelles de l’équipe. Difficile pour eux d’avoir accès à Internet depuis 2 jours. Ils sont actuellement à 25km de la frontière russe, il fait froid là bas. Ils ont déjà parcouru plus de 1200 km en vélo et seront en Russie ce soir.

18/09

Bonjour les ami(e)s.

Après 3 grosses journées dans le vent , la grêle , le froid, les 23 h de vélo vont laisser des traces . Par bonheur les paysages sont somptueux . Avons passés la frontiére Russe , non sans problème , la voiture de notre chauffeur a été refusée .Un des douanier me prend l’ appareil photo et m’oblige d’enlever certaines , soit disant sécurité. Obliger de trouver une autre auto , vider puis recharger , attacher , SUPER . En tout 7 h planté en douane , welcome .Pas de chance la roue de celui çi est crevée , faisons le tour de la ville pour la réparée . Arrivé Oulan oudé , 250 kms sur une route abimée , couleur locale . Arrivée 22 h L équipe garde le moral. Que d’émotions .
A bientôt .

 

19/09

Notre principale difficulté ces 2 derniers jours a été de trouver un endroit où dormir. Les seuls hôtels que nous avons trouvé avaient beaucoup de marches et les couloirs étaient très étroits. Heureusement que Philippe était là pour nous aider à accéder aux toilettes et à la douche (enfin si on peut appeler ça une douche). Il a fallu démonter à chaque fois une des roues de nos fauteuils roulants pour pouvoir accéder à la salle de bain. Nous avons surnommé Philippe « Warrior »!

 

 

20/09

Bonsoir à tous,

Comme vous le disait Philippe la journée d’hier (vendredi) a été psychologiquement épuisante pour nous. Arrivés à la frontière entre la Mongolie et la Russie, les douaniers mongoles nous ont refusé le passage en vélo, ils ont quand même été sympas, ils ont laissé notre véhicule passer devant les autres.

Cela ne nous a pas empêché de perdre entre 6 et 7 heures entre les deux frontières pour qu’au final, les douaniers russes refusent l’accès à notre véhicule sur le territoire russe. Ils nous ont donné le choix : faire demi tour et trouver un autre véhicule ou tout descendre par terre et faire du stop ! Ils ont été sympa et nous ont aidé à trouver une petite camionnette qui passait la frontière pour nous prendre en charge avec notre matériel ce qui a chamboulé tout notre programme et nous a obligé à avancer vers une grande ville afin de pouvoir trouver un autre véhicule avec chauffeur.

Nous avons démenagé nos affaires d’un véhicule à l’autre et notre chauffeur mongole Baska a fait demi tour. Au final nous nous sommes retrouvés à Ulan-Udé qui se trouve à 280 km de la frontière. Arrivés sur place, nous avons trouvé un hotel (toujours non accessible) où nous avons passé la nuit.

Notre priorité ce matin au réveil était de trouver un véhicule. La réceptionniste de l’hôtel a contacté un de ses amis qui est venu avec son magnifique 4×4 et son joli sourire. Le seul problème c’est que son véhicule n’était pas assez grand pour absorber notre matériel. Mais, vive le système D et les nombreux contacts qu’il a pris. Deux heures après, il nous a présenté deux véhicule de deux tailles différentes. Nous avons choisi celui qui nous intéressait et avons conclu le contrat vers 16h30. Nous avons loué le véhicule et son chauffeur, ils devront nous accompagner jusqu’à notre arrivée à Omsk le 27 septembre.

Demain, il devra être là à la 1ère heure. Cette affaire nous a quand même fait perdre une journée et demi de pédalage !!

21/09

Bonjour les ami(e)s . Des petites news de l’équipe . Le temps est ensoleillé mais très froid , le coupe vent s’impose . La journée c’est bien passée , le vent à été sympa pour une fois . Relief plat , grosse étape , 127 kms , arrêt en descente , travaux ,trop frustrés . Par contre galère pour trouver une chambre accessible pour les amis . Visitons avec Gloria , toutes des escaliers. Continuons en auto à la recherche d ´une .Notre jeune chauffeur roule trop vite 130 km/h .de la folie .Par contre aujourd ´ hui , pas la même chanson,étape montagneuse , pentes jusqu ´à 12 % mais quel bonheur dans ce paysage . La forêt prends ses couleurs d ´ automne .super . Demain journée voiture pour avançée dans le programme .

A bientôt . 

22/09

 

 

 

Bonjour à tous,

Petit compte rendu de la journée d’hier mardi 22 septembre.

Une journée très particulière sans pédalage mais crevante. Nous avons avancé en voiture en direction de Omsk qui est à 2500 km. Nous n’avons pas beaucoup avancé (à peine 600 km) car l’état de la route n’est pas adapté et les amortisseurs du véhicule qui nous transporte sont pratiquement inexistants!

Rien à dire sur le chauffeur, certes il roule vite mais il garde le contrôle. Ici c’est comme si les lignes blanches n’existaient pas et le code de la route non plus. A vrai dire, tous ceux que nous avons rencontré depuis notre départ de Pékin conduisaient comme ça, et ne parlons même pas du clignotant!

Une journée très monotone, impossible de travailler avec l’ordinateur pour classer nos photos et vidéos car nous n’avons pas arrêté de sauter sur nos sièges ! Le soir, nous avons trouvé un hôtel au milieu de nulle part avec un escalier et une eau sentant la rouille…et la propreté laissait fortement a désirer mais quand on tombe de fatigue le côté warrior prends le dessus et on ne se pose plus aucune question ! Vive le sac de couchage…Je ne vous parle pas de notre état physique ! Pas d’internet, pas de wifi, pas de 3G, donc dodo relativement tôt. Heureusement que la literie était correcte!!!

Aujourd’hui, idem c’est encore une journée voiture en espérant faire au moins 800 km pour rattraper tout le retard accumulé depuis ces derniers jours.

Nous sommes pressés de retrouver nos vélos. C’est beaucoup plus sympa de pédaler que d’être dans la voiture, et surtout c’est moins fatiguant (et oui on ne croirait pas comme ça) et moins ennuyant que d’être assis en voiture!

A bientôt


23/09

Bonjour les ami(e)s
Avons laissé les vélos pour la voiture . Dur sur cette route qui traverse une partie de la Sibérie , parfois stoppée par des travaux , bonjour le dos . 3000 kms nous sépare de Omsk ville ont l’ont prendra le fameux Transibérien . Le plus dur reste à faire . Taïga , taïga , le mëme paysage . Demain bicyclette pour se dégourdir les papattes , OUF .
A bientôt.

24/09

Bonsoir à tous,

Petit récapitulatif de la journée d’hier.

La journée d’hier a fait honneur à la réputation de la Sibérie. Froid, pluie, vent du nord et traffic routier composé essentiellement de camions. Les routes sont étroites, sinueuses avec des nids de poule. Le relief n’est plus aussi important que les jours précédants par contre les faux-plats sont très longs et animés par une circulation intense par moment.

Je ne vous cache pas que l’étape de ce jour était limite dangereuse, les camions étaient nombreux et nous collaient vraiment. Quand ils étaient nombreux à se suivre de très près, ceux de derrière étaient surpris de nous voir surtout que ceux qui mettent leur clignotant ne sont pas nombreux.

Dans l’après midi, la pluie s’est invitée en plus du froid et du vent du Nord. Je vous rappelle que maintenant nous suivons une route plein Ouest. Il faisait 3 degrés au thermomètre mais la météo annonçait -1 degré avec le vent ce qui est possible car nous ne sentions plus nos doigts, je ne vous parle pas de l’état de nos pieds ! En tout nous avons parcouru 85 km, nous aurions pu faire plus mais le traffic nous gênait beaucoup et la visibilité n’était pas au top. En tout cas une chose est sûr : il était vraiment temps que l’on remonte sur nos vélos!

A bientôt

26/09

Bonsoir à tous,

Il fait trèèèèès froid! Nous avons pédalé toute la journée. Comme je vous le disais hier les routes sont assez dangereuses à cause des nombreux camions que nous croisons et des travaux. Certains camionneurs qui avaient entendu parler de nous à la CB se sont arrêtés pour nous féliciter. Ça réchauffe le cœur par ce froid sibérien! Nous sommes arrivés à Omsk et devons prendre le transsibérien demain midi pour arriver mardi à Nijni Novgorod.

27/09

Bonjour les ami(e)s . Me voilà de retour après quelques jours sans connections . Il fait toujours aussi froid , glah , glah .Entre 1 et 6 degrès le matin , ça reveil avant d’enfourcher nos bicyclettes .Notre ami Arthur ne peut rouler , transi , frustrè . Les conditions sont particulières ,le vent même la neige,la pluie rendent difficiles notre progression , arrivons à faire 100 kms environ dur ,dur . Comme avec les  » road train » australiens notre combat est acharnés avec les routiers Russes ,sympas . Le danger vient dans tout les sens . L’ équipe est prudente et confiante . Rejoignons Omsk ensuite le transsibérien .

27/09
Il est 1h39 du matin et nous sommes à la gare de Omsk, nous attendons de prendre le Transsibérien. Nous devions prendre le train à 23h23 mais à priori le Transsibérien fonctionne avec l’heure de Moscou, soit 3h de moins qu’ici et nous ne le savions pas donc l’attente est longue (il n’est que 22h39 à Moscou). Nous avons eu beaucoup de mal à négocier car ils ne voulaient pas nous laisser mettre nos vélos dans le train. Nous allons passer 1 jour et 2 nuits dans le Transsibérien. Aujourd’hui nous avons visité un peu la ville et nous sommes allés chez le coiffeur. Arthur avait peur du résultat mais au final il est satisfait. Ça nous a coûté 8€50 par personne. Nous vous donnerons d’autres nouvelles dès que nous pourrons.
28/09
Il n’y a absolument aucune ‪accessibilité pour les personnes handicapées dans le Transsibérien. Hier 4 personnes ont dû nous porter pour nous aider à monter dans le train. Les couloirs sont tellement étroits que nous sommes condamnés à rester dans la cabine pendant tout le trajet.

Ce matin pour le petit déjeuner nous avons eu le droit à de la viande, du blé avec très peu de légumes, un yaourt, une gauffre à la confiture, une barre de céréales et un chewing-gum + 1 bouteille d’eau.

Nos voisins de compartiment viennent de nous offrir de la bière et du poisson pêché, grillé et fumé par leurs soins. C’est super salé mais qu’est-ce que c’est bon! 


29/09

Nous sommes partis le 5 septembre de Pékin avec des joies, des angoisses, des galères, des difficultés et autres… Mais ce qui est agréable dans ce genre de voyage c’est la rencontre avec les autres, découvrir leur façon de vivre et surtout observer l’évolution des comportements d’un pays à l’autre.

Aujourd’hui, nous sommes en Russie, dans le Transsibérien à 2 heures du matin et à deux pas de Moscou. Cela fait pratiquement un mois que nous sommes partis.

J’ai choisi de vous parler de l’accessibilité (étant moi-même en fauteuil roulant), de l’environnement et des comportements. Ne m’en voulez pas, je vais probablement aller dans tous les sens (je peux me le permettre, je ne suis pas en train d’écrire un livre…).

En tant que cyclistes partageant la route avec ses habitués (voitures et camions) nous savons que nous ne sommes pas chez nous et que nous n’avons pas la priorité étant donné que pour eux nous sommes des intrus !

En partant de Pékin, nous avions le sourire jusqu’aux oreilles. Ce n’était pas des pistes ou bandes cyclables que nous avions à notre disposition, mais plutôt des autoroutes cyclables. Nous pensions que ça allait être partout comme ça (tout du moins en Chine). Mais plus on s’éloignait de la ville et plus la route devenait étroite, poussiéreuse, sinueuse et sans aucune place pour nos vélos. Dans l’ensemble, les conducteurs ont été patients avec nous. Quelques-uns ont klaxonné, certains ont ralés et d’autres nous ont applaudie, filmé, encouragé voir même se sont arrêtés pour nous rencontrer. Que ce soit en Chine, en Mongolie ou en Russie, nous n’avons pas eu à nous plaindre du comportement des automobilistes et des routiers même si ces derniers nous collaient parfois de très près.

C’est en Russie et grâce à Andrei notre chauffeur équipé d’une CB que nous avons découvert que ces derniers parlaient de nous et communiquaient sur notre position. Probablement que les Chinois et les Mongoles ont fait de même étant donné les nombreux encouragements que nous avons reçu et notre étonnement face à ces derniers, au point de nous demander s’ils avaient déjà entendu parler de nous. Pour être honnête (permettez-moi l’expression), nous avons les fesses serrées sur la route car nous sentons bien la présence du danger mais en même temps nous sommes rassurés et confiants. Donc rien à dire pour le moment sur le comportement des routiers et des automobilistes nous concernant même si très peu mettent leurs clignotants en nous dépassant !!!

En tant que piéton (ou roulant) les choses ne sont plus les mêmes. En Chine et en Mongolie, les automobilistes ne respectent les passages piétons qu’au feu tricolore (il faut dire qu’il y a un policier à chaque intersection), plus en Chine que dans le désert de Gobi d’ailleurs !! En dehors des feux, même si vous traversez sur les passages piétons, vous n’avez pas la priorité, les automobilistes foncent et vous ignorent. En Russie, nous avons immédiatement ressenti la différence, les voitures s’arrêtent automatiquement pour nous laisser passer (est-ce l’effet du fauteuil roulant ?) en tout cas, nous avons moins de mal à traverser qu’en Chine et en Mongolie.

Côté comportement routier, il n’y a aucune différence dans les 3 pays. Aucune loi sur les routes sauf quand les automobilistes commencent à faire des appels de phares (à croire que faire des appels de phare pour prévenir qu’il y a des policiers sur la route est un signal international !!). Ils dépassent à tout moment, ligne blanche ou pas, le clignotant est pratiquement inexistant.

Je vous ai déjà un peu parlé de l’environnement. Nous ressentons bien la présence industrielle depuis le début de notre périple et le besoin de produire. Certes, il y a un énorme effort qui est fait pour le développement durable comme le remplacement des moteurs thermiques par des moteurs électriques (plus spécialement en Chine et en Mongolie), et aussi la présence intensive de bus électriques dans les villes russes mais la pollution reste encore relativement importante surtout dans les grandes villes. Surtout sachant que la Chine et la Russie sont de grands producteur de charbon. Nous avons fait étape un soir à Kemerovo (une ville russe, capitale mondiale du charbon et fierté du peuple russe). Sans vouloir apporter un jugement quelconque, je pense qu’une certaine conscience collective tient compte des changements climatiques et des avancements en matière énergétique.

Pour finir, nous allons parler de l’accessibilité. C’est vrai que l’accessibilité laisse à désirer, on ne peut pas comparer avec les pays occidentaux qui ont fait un énorme effort ces dernières années sur l’aménagement des lieux ouverts au public. Probablement qu’il y a une certaine volonté de faire avancer les choses mais les normes ne sont pas toujours respectées. Il y a un escalier, on en bétonne une partie et ça y est on considère que l’on a une rampe. Les bonnes volontés pour pousser ou porter ne manquent pas mais cela peut être dangereux car on peut mal faire croyant le contraire.

Plus nous avançons vers Moscou et plus nous rencontrons des bus accessibles et des parkings réservés aux personnes à mobilité réduite. Bien entendu les personnes qui se garent sur ces places ne sont absolument pas handicapées (je pense que s’il n’y avait pas d’amende en France pour « punir » ce genre d’incivilité nous serions confrontés au même problème). Soyons optimistes et continuons à apporter notre savoir-faire dans ce domaine. A vrai dire, je n’ai pas rencontré une seule personne handicapée avançant seule depuis Pékin. Je pense qu’il y a d’abord un travail à faire pour faire évoluer l’opinion publique afin de donner une place au handicap dans ces sociétés. Idem pour l’environnement et le comportement routier !

30/09

Quelques problèmes pour sortir de cette gare .
Reprise du vélo ce matin ,traversée de Nijni dans le bazar de la circulation . Retour à la réalité ,après le désert de Gobi, la steppe Sibérienne , nous voila dans le bor…..l urbain . Quel bonheur , il fait 7 degrés , presque trop chaud !!!!!!! . Direction Moscou . 

01/10

Nous avons une équipe formidable! Nous vous avons déjà dit que nous avons surnommé Philip le « warrior » car il nous aide beaucoup au quotidien avec tous les problèmes d’accessibilité que nous rencontrons. Et bien ici il aide Arthur pendant une montée difficile (9%). En effet Arthur n’a qu’un seul poumon et il s’est retrouvé à court d’air.

​02/10

Un petit résumé de la journée d’hier. Hier nous avons bien roulé. Nous avons démarré la journée avec une température avoisinant les 6 degrés. Cela ne nous a pas gêné mais c’est le vent frais qui nous a le plus frigorifié. Il était de côté au départ puis il a tourné pour être de face. Il faisait gris et froid.

Le relief ne nous a pas aidé non plus. Nous avons emprunté de longues côtes à fort pourcentage, les descentes aussi étaient sympathiques mais à vitesse limitée vu l’état de la route et l’importance du trafic ! En milieu de matinée nous avions une bonne moyenne puis à moment donné nous nous sommes retrouvés dans un cul-de-sac. Nous n’avons rien compris, la route s’est arrêtée pour devenir une piste. Nous avons dû faire demi-tour et trouver une autre route.

Nous avons été plus que surpris à la vue de la côte qui se dressait devant nous (entre 12 et 15%). Aïe aïe, impressionnante la pente, elle nous a vraiment cassé, le pire c’est qu’il y avait énormément de graviers et le hanbike dérappait étant donné que la propulsion se fait sur la roue avant. Ce n’était pas la peine d’insister, nous nous sommes arrêtés vers 14h30 stoppés par le froid et complètement vidés de nos force. En tout une petite étape de 84 km.

A Nijni Novgorod avant notre départ en direction de Moscou nous avons croisé le président du vélo club de la ville qui s’est arrêté pour nous saluer.

Ce soir nous arrivons à Moscou.

03/10

Vendredi a été une journée assez galère pour nous tous. Nous avons roulé Philippe et moi autour de la ville où nous étions (je ne me souviens plus du nom) et nous n’avons pas traîné afin de rentrer et de nous doucher avant que le mini bus que nous avions loué avec son chauffeur arrive pour nous emmener à Moscou. Nous avions rdv à 12h30. Au final, nous avons reçu un appel du président du vélo club de la ville (que nous avions rencontré et qui nous avait donné ce contact) qui s’est excusé car il n’avait plus aucune nouvelle du chauffeur qu’il nous avait trouvé la veille.

Finalement ils sont venus à deux voitures et ont fait plusieurs voyages pour nous emmener à la gare où nous avons attendu sagement notre train en direction de Moscou. Grâce à l’aide d’un couple d’architectes nous avons durement négocié avec la chef de gare afin d’accepter notre matériel à bord. Finalement, tout s’est bien passé, nous sommes arrivés à Moscou à 1h30 du matin.

Notre ami Igor est venu nous récupérer et nous a conduit jusqu’à notre voiture (le véhicule d’assistance de notre partenaire Euroloc que nous avions laissé à Moscou à l’aller). Ouf ! Enfin les retrouvailles avec notre véhicule et notre remorque, nous espérons que les galères logistiques vont enfin cesser!!! C’était fatiguant de devoir sans cesse trouver des véhicules avec chauffeur pour transporter tout notre matériel. Cette fois-ci c’est bon nous avons notre véhicule Euroloc jusqu’à notre retour à Caen!

La nuit de vendredi à samedi a été une nuit quasi blanche. Nous nous sommes couchés à 4h30 pour nous réveiller à 9h car nous devions rendre la chambre d’hôtel pour 10h. Grosse fatigue mais nous avons profité du week-end pour visiter Moscou. C’est une ville magnifique que je vous conseille vraiment de visiter, les gens sont accueillants et beaucoup parlent anglais ou d’autres langues étrangères. L’architecture est vraiment magnifique, c’une ville très aérée et surtout les magasins sont ouverts le dimanche et certains restent même ouverts 24h sur 24. C’est une ville qui vit jour et nuit, même les travaux de construction et de voirie ne s’arrêtent pas.

Merci à Laurent notre ami français (souvenez-vous nous l’avons rencontré à l’aller dans un hôtel en Pologne) pour nous avoir fait visiter la place rouge, il nous a donné plusieurs infos que nous n’aurions pas trouvé dans les guides.

Demain reprise du vélo en direction de la Lettonie. 

04/10

Enfin Moscou . Arrivé hier dans la nuit par le train , par la force des choses ,le bus qui devait nous emmener nous a fait faux bon , avons pu prendre la derniere loco Enfin , l’équipe à retrouvé SA voiture , plus cette contrainte de chercher désespérément un véhicule.
Visite du Kremlin avec sa place rouge , une pure merveille , on se croirait dans le monde de Dysney .de plus le temps est avec nous , que du bonheur .
Avons retrouvé notre ami laurent , le prof rencontré en Pologne , qui nous a servi de guide . Soirée au Hard rock Café a écouter de la sic .
Aujourd’hui repos ,emplettes , révision du matériel .
Demain départ pour de nouvelles aventures.
05/10

Après ce magnifique week end dans cette belle ville, nous voulions quitter Moscou en vélo mais cela s’est révélé impossible vu la circulation et la taille du périphérique. Finalement nous avons tout installé dans notre remorque et quitté la capitale russe en voiture. Nous avons fait une centaine de kilomètres pour sortir de l’autoroute et démarré notre étape en début d’après-midi.

Pour tout vous dire, il n’y a rien de particulier dans l’étape d’aujourd’hui. Depuis quelques temps, nous avons le même paysage, reliefs (moins importants aujourd’hui), travaux sur la route, circulation intense etc…

La bonne nouvelle, c’est qu’il a fait 12 degrés, mais le vent de face s’est invité et a bien rafraîchit la température. Le grand froid sibérien est derrière nous, nous avons récupéré notre véhicule et nous allons pouvoir nous organiser différemment.

En tout une petite étape de 75 km (il fait nuit relativement tôt). Je n’aime pas donner de conseils mais je vais vous faire une suggestion : venez voir Moscou, c’est une ville magnifique et très animée.

06/10

Hier je vous disais que le grand froid sibérien était derrière nous? Et bien je me suis trompé! Journée digne d’un climat sibérien, donc petite pause hot-dog/café à l’abri du vent pour se réchauffer!!!

07/10​

Aujourd’hui a été une journée très particulière qui a remis en cause mon optimisme d’hier. En sortant de notre hôtel ce matin, nous nous sommes rendu compte qu’il faisait très froid (4 degrés). Nous étions à Rzhev. Nous avons commencé notre étape avec de la grêle, puis de la neige fondue.

Nous avons vraiment beaucoup souffert du froid aujourd’hui, nous pensions que la Sibérie était loin derrière nous mais non, n’oublions pas que nous sommes toujours en Russie! Il faisait tellement froid qu’il n’y avait quasiment personne dans les rues. Lorsque nous nous sommes arrêtés pour boire un café cet après-midi, personne n’est sortie pour discuter avec nous alors qu’en temps normal les gens viennent nous parler.

Dans l’ensemble le relief était sympa, une seule grande et longue côte de 9%, quelques faux plats relativement longs et comme d’hab du vent très froid.

En première partie de journée nous avons eu un vent de nord et dans l’après-midi il s’est installé de face. Nous avons terminé notre journée sous la grêle et la pluie avec 2 degrés de température (sans le vent). En tout nous avons parcouru 95 km. Dommage que la météo ne nous ait pas aidé.

Pour ce soir nous avons trouvé un hôtel routier où les chambres sont situées au 1er étage. Ce n’est pas la 1ère fois et comme d’habitude les routiers sont sympas, les bras n’ont pas manqué pour nous aider à grimper à l’étage.

08/10

Hier nous n’avions pas de wifi ni de 3G (notre abonnement russe est terminé). J’ai surnommé la journée d’hier « la moins 2″ c’est la température que nous avions au départ vers 10h, c’est la même que nous avions à l’arrivée dans l’après midi. Toute la journée nous avions les doigts gelés.

Plus nous avançons vers la frontière et moins la route est valonnée. Il y a beaucoup de travaux et parfois le bitume est plus dur et granuleux. La route est plus étroite et les poids lourds sont de plus en plus imposants et proches de nous !!!

En ce qui concerne aujourd’hui, rien de particulier, même journée qu’hier sauf que ce matin il faisait encore plus froid et cela a duré toute la matinée.
C’est très dur de rouler avec les doigts congelés et une respiration réduite, ça nous fatigue beaucoup plus. Cela ne nous a pas empêché de parcourir 100 km hier et 84 km aujourd’hui.

En fin d’après-midi, nous avons quitté ce magnifique pays qu’est la Russie et nous sommes désormais de retour chez nous (en Europe). Nous sommes arrivés en Lettonie.

Pas de traversée de frontière en vélo ni de grandes attentes non plus. Ce soir il fait encore super froid mais demain est un autre jour. Ce qui est sûr c’est que nous sommes une équipe soudée et que malgré les difficultés nous avons des fous rires tous les jours.

09/10
Ce matin nous sommes partis de Rezekne pour rejoindre ce soir Daugavpils. En tout 94 kms avec beaucoup de travaux. Sinon, ça roulait super bien, peu de relief et des conducteurs super sympa
​10/10 Anniversaire de Philippe
Aujourd’hui encore il faisait super froid. 1 degré au départ et 3 à l’arrivée. Nous aurions pu faire une belle étape si nous n’avions pas été souvent freiné par les travaux.
Ce soir c’était l’anniversaire de Notre Warrior. Nous l’avons fêté gentillement. Rien de grave juste une bière
11/10

Aujourd’hui journée exceptionnelle malgré quelques travaux sur la route. Excellente nouvelle, la température est montée, nous avons commencé notre étape avec 4 degrés et nous l’avons fini avec 2  mais ce qui était génial c’est que notre ami le soleil était de retour et qu’il devrait être encore là demain.

Nous avons démarré un peu tard, vers 13h40, non, non nous n’avons pas fait la grasse matinée. Nous avons tenu à passer la frontière polonaise aujourd’hui. En tout, nous avons fait 90 km dans l’après midi. Le vent était frais et n’a pas arrêté de tourner mais la majorité du temps il venait de l’Est.

Je ne vous ai pas dit mais depuis 3 jours nous suivons un axe sud et un vent d’Est nous pénalise, en plus il est frais, très frais. De plus il y a énormement de camions, ils sont passés par centaines et pour ne rien vous cacher nous étions presque heureux qu’ils nous collent car ils nous entraînaient dans leur mouvement et ils nous abritaient du vent ce qui nous permettait de remettre la machine en route.

L’anécdote du jour  » la police Lituanienne nous a arrêté, ils étaient deux : un homme et une femme magnifique (et non désolé mais je n’ai pas de photo à vous montrer). Pour rouler en vélo en Lituanie il faut avoir des lumières et un gilet réfléchissant. Ils ont quand même été sympas et nous ont laissé continuer en installant sur mon vélo une sorte de bracelet jaune fluo.

Notre périple est beaucoup moins difficile au niveau logistique depuis que nous avons récupéré à Moscou le véhicule d’assistance de notre partenaire Euroloc.

Je vous dirai dans quelques jours pourquoi nous sommes partis si tard aujourd’hui. Demain une longue journée nous attends.
12/10

Que vous dire de nouveau? Ce matin nous avons cru que la température aller remonter mais non! Le vent froid d’est et du nord étaient là pour nous rappeler qu’ils sont incontournables! Il faut donc faire avec, car impossible d’avoir de la chaleur dans cette zone géographique à cette époque de l’année. Nous avons encore affronté ce matin le froid venu de Sibérie (on doit lui manquer)!

C’était relativement chaud côté circulation, en plus la route n’était pas terrible. Des routes étroites et des camions par centaines. Ce n’est pas dans ma nature de flirter avec ces machines mais parfois je suis content de sentir le camion proche afin de m’apporter un peu de chaleur (je peux paraître un peu à côté de la plaque)!
J’ai le visage et les lèvres gelés, quand à mes doigts je dois attendre le retour du printemps pour les récupérer à 100%. En milieu d’après-midi la température avoisinait les 0 degré.

Tout cela ne nous a pas empêché de faire 100 km et comme d’habitude nous avons encore galéré pour trouver où nous loger à prix raisonnable. Ce qui est agréable c’est que le paysage a changé et le relief est plus que sympathique.

Souhaitez moi une bonne nuit car hier ils ont oublié de mettre le chauffage!!! N’oubliez pas que nous avons besoin de votre énergie et que nous comptons sur votre présence à l’arrivée le 31 octobre.

13/10

Ici là Pologne , avons quittés les pays Baltes non sans mal . Gros traffic routier ,où les camions nous frôlaient, beaucoup de frayeur , plus le vent d’est . Dur dur … .
Hier l’étape était vraiment agréable malgré le froid .belle route sinueuse , dans la forêt , entourėe de lacs et en plus …..????? Le vent de dos . Que du bonheur. Nuit å la ferme ,ambiance à la Normande , avec les Meuh Meuh
En espérant que cette route tranquille ,roulante nous baladent le plus loin possible . Profitant de ce beau pays.

14/10​

Lundi soir nous avons dormi dans une ferme, le réveil hier matin était particulier car nous avons découvert qu’un petit aérodrome se trouvait sur le terrain de la ferme. Le fermier nous a préparé une omelette faite avec les oeufs de ses poules et du fromage de chèvre préparé par lui même (bon mais lourd à digérer). Il nous a prêté sa machine à laver mais pas le temps de faire sécher le linge. Imaginez le linge étendu partout sur nos affaires dans la voiture!!!

Aujourd’hui je ne veux pas vous parler de la route et de la météo mais plutôt de notre quotidien. Après le petit déjeuner, nous regardons notre parcours, préparons nos sacs et chargons la voiture, désinstallons les vélos installés la veille dans la remorque, remplissons nos gourdes (d’eau) et partons.

Souvent Philippe et moi commençons l’étape et Arthur nous rejoint plus tard. Nous nous arrêtons quand même pour prendre un p’tit café histoire de nous réchauffer. Il y a aussi les poses techniques et les poses rapides de déjeuner. Le soir la nuit tombe vite et le froid nous emmène à réfléchir sur le moment où nous devons nous arrêter. Et ça recommence, installation des vélos dans la remorque (je ne vous raconte pas quand il faut le faire avec les doigts gelés) puis nous nous isntallons dans la voiture et nous commençons la recherche d’hôtel.

C’est un peu plus facile depuis que nous avons récupéré la 3G (merci internet) hier par exemple, nous avons fait le tour de la ville d’Olsztyn où nous nous sommes arrêtés pour chercher un lavomatique pour au final ne rien trouver (ce n’est pas dans leur culture)! Idem, il faut gérer le linge et le lavage (c’est une autre aventure) le soir nos sacs de nourriture nous suivent dans notre chambre pour le dîner et le petit déjeuner.

Vivement un bon p’tit repas autour d’une table avec un verre de vin et…. Allez Antoine, il ne reste plus que 15 jours, tiens bon! Rassurez vous, nous tenons rien que pour voir ou revoir vos jolis sourires le 31 octobre à l’arrivée. Une nouvelle journée qui commence et des nouveaux kilomètres à parcourir.

​15/10

Superbe étape aujourd’hui 14 octobre (enfin hier puisqu’il est minuit passé). Certes il y avait du relief mais il y avait aussi du soleil, il faisait beau et la température était de 10 degrés (trop chaud ). Les côtes n’étaient pas trop longues mais c’était de vrais murs.

Hier je vous ai parlé de notre quotidien en général mais aujourd’hui je vais vous parler du quotidien de Philippe (notre Warrior). Il se lève le matin, il se douche, il regarde la carte (pardon son Ipad) quand il a du wifi. Il va chercher le petit déjeuner laissé au frais dans la voiture, il mange et commence à emmener les sacs et valises jusqu’à la voiture, il charge la voiture, charge ou décharge la remorque (tout dépend si nous partons du point où nous nous sommes couchés ou pas). Dans tous les cas une fois au point de départ il détache les vélos démontés, et si je ne suis pas encore prêt, il prend un livre (partout où nous passons il cherche des livres sur Jules Verne dans la langue du pays pour enrichir sa collection). Merci d’avance si vous pouvez l’aider.

Avec Philippe nous roulons par tous les temps, le froid ne lui fait pas peur, il redoute plutôt la chaleur. Après tous les préparatifs, nous prenons la route et la seule chose qui le préoccupe, c’est la direction du vent. Non, non, ce n’est pas les côtes car Philippe est un grimpeur confirmé il prend aussi des photos et il cherche aussi des pièces rares au bord de la route (qui sait ?) en fin d’étape et quel que soit le temps, il range le matériel dans la remorque.

Arrivés devant notre lieu de couchage, il recommence, il emmène nos gros sacs à Arthur et à moi-même dans la chambre. Sa journée n’est pas finie pour autant car si la porte de la douche et des toilettes n’est pas assez large, il nous aide pour démonter une roue afin de pouvoir passer et une fois que nous avons terminé, il recommence dans l’autre sens. N’oublions pas toutes les fois où il y avait aussi des escaliers à monter. Ensuite après le dîner il écoute Led Zeppelin (groupe mythique) tout en écrivant le journal du jour. N’oublions pas la bière de temps à autre. Avant de s’endormir, il va prende un livre qu’il a déjà lu car il ne sait pas dormir avant de lire.

Ça fait 18 ans que je te connais Philippe et dès notre première aventure (Caen Beyrouth en tandem en 1997) j’ai remarqué ton côté Nature et Naturel, j’ai compris aussi que nous allions vivre ensemble d’autres Aventures. En 2009 nous avons fait le tour de l’Australie et maintenant Pékin Caen.
Après 1 mois et demi de pédalage, de bonheur et de galères de tout type, la revue du jour t’est entièrement consacrée car tu le mérites vraiment, ne change rien. Un grand merci pour ta présence. Même si tu n’est pas d’accord, « le hasard n’existe pas ».

​16/10

Je vous avais dit dimanche dernier que nous avions démarré notre étape du jour assez tard. Je vous avais dit aussi que je vous dirai pourquoi. Tout commence la semaine dernière quand nous avons acheté un vélo pour Gloriana afin qu’elle puisse participer au périple sans rester dans la voiture. Samedi en roulant, elle a chuté sur le côté droit. Le soir même nous avons fêté l’anniversaire de Philippe, elle avait déjà mal et ensuite elle n’a pas dormi de la nuit. Nous étions encore en Lituanie, c’était un dimanche et impossible de trouver les urgences.

Nous nous sommes arrêtés dans un magasin de sport (oui ici aussi tout est ouvert le dimanche et tard la nuit) pour nous renseigner où étaient les urgences et au final un kiné a pu l’examiner. Rien de grave à part que la douleur était intense et que Gloriana n’arrivait pas à bouger le bras. Il a fallu mettre des glaçons et attendre que la douleur se calme. Depuis hier, elle a reprit le vélo et tout va bien.

Sinon, aujourd’hui vent, relief, chaleur (10 degrés) et pluie. Les policiers polonais ont voulu nous sortir de la route Philippe et moi mais nous nous sommes engagés à rajouter des lumières sur nos vélos. La vidéo postée ce soir vous donne une idée de nos conditions de route.Allez, il ne reste plus que 15 jours avant que chacun d’entre nous récupère son quotidien En attendant je vous souhaite à tous une très bonne nuit couronnées de beaux rêves.

 

A bientôt pour de nouvelles aventures

19/10
Coucou les ami(e)s.
Un bonjour de Berlin ou l’équipe est arrivée samedi soir ,après quelques difficultés pour trouver un hôtel .Nous en avons l’habitude .
Berlin , riche d’histoires pas toujours joyeuses d’ailleurs nous a enjouée , plu . Nous avons été voir le west side , le MUR recouvert de somptueuses fresques , une véritable galerie d’art . Ensuite Check Point Charlie point de passage pour passer à l’est . Symbolique . La porte de Brandebourg , plus historique la ballade est très agréable , calme malgré la foule . Beaucoup de vélos , surprenant . Le soleil est au rendez – vous . Berlin , capitale à voir .
Bonne pause avant de partir pour de nouvelles AVENTURE.
A bientôt .

21/10
onjour à tous,
Désolé pour cette absence. Samedi nous avons traversé la frontière entre la Pologne et l’Allemagne. C’était vraiment émouvant de traverser ce pont qui est en accès libre désormais.
.
Dimanche fut une journée de repos à Berlin qui est une ville magnifique que je vous suggère de visiter si ce n’est pas encore fait. Elle est riche en émotion, en histoire, en monuments et remplie de choses à découvrir.
Lundi nous nous sommes arrêtés au lavomatique afin de laver nos vêtements car nous n’avions plus rien de propre ! Ensuite nous avons pris la route en direction de Potsdam à l’Ouest de Berlin. C’était une petite étape pluvieuse et froide.
Mardi 20 octobre nous avons quitté notre ville étape sous la pluie, heureux d’avoir des pistes cyclables mais avec le sol mouillé et les feuilles tombées des arbres, la piste devenait glissante et dangereuse. Nous avons quand même fait une bonne étape et sommes arrivés à Magdeburg où nous devions suivre la direction nord ouest. Au final, nous avons continué plein ouest pour atteindre hier soir Hanovre. La route a changé, le relief apparaît à nouveau et le vent de face ne nous a pas lâché. Ne nous plaignons pas, il faisait beau.
Nous hésitions entre passer par les Pays-Bas ou couper directement par la Belgique. Au final, nous n’irons pas aux Pays-Bas, nous avons décidé de descendre pleins sud en espérant que le vent nous poussera un peu.
Il reste encore 10 jours, je ne vous cache pas que la fatigue s’installe et que nous devons gérer notre énergie. Une chose est sûr, le moral est bon et nous sommes impatients de tous vous voir bientôt.

22/09
Bonjour les ami(e)s.
Peu de connexion ces derniers jours , j’en profite pour vous donner de nos nouvelles qui ma foi sont plutôt bonnes . Il pleut, il pleut bergère garde tes ……
C’est le temps que nous avons depuis Berlin . Le paysage , la traversée des villages de la Basse -Saxe l’emporte sur le climat . Région industrielle , d’immenses parcs Eolien jalonnent la route où d’ailleurs les hélices me semble tournées trop vite à mon gout , LOL .
Hier , avons passée virtuellement l’ancienne ligne du « rideau de fer  » par bonheur disparu en 1989. Emouvant . Progressons sur Cologne ,ensuite la Belgique pour ensuite venir vous rejoindre .
A bientôt .

23/10
Bonsoir à tous,
Je ne vais pas trop m’attarder sur le compte rendu d’aujourd’hui car vous imaginez bien qu’il y a eu de la pluie, du vent de face, des pistes cyclables et tout ce que je vous raconte depuis notre départ.
Par contre je voudrais quand même accorder un 2 sur 10 aux communes allemandes pour la mauvaise signalisation des directions lorsque l’on utilise leurs pistes cyclables. En effet, vous roulez sur la piste et d’un coup vous vous retrouvez sur une grande route et là vous vous faites klaxonner et soudain une piste apparaît sur le bord de la route sans avoir été signalée. C’est bien beau d’avoir des pistes mais faut-il encore pouvoir les trouver facilement.
Nous sommes à 9 jours de l’arrivée, cela fait pratiquement deux mois que nous sommes partis. La fatigue commence vraiment à s’installer et plus nous sommes proches du but et plus l’excitation monte.
Quand je passe à côté d’une maison où je sens l’odeur du bois brûler dans la cheminée ça attire mon attention et je me demande pourquoi je suis sur la route en train de pédaler dans le froid ou sous la pluie. Le pire c’est quand je sens l’odeur d’un plat quelconque. C’est vrai j’aurais pu moi aussi être au chaud ou devant ma gazinière en train de cuisiner mais après tout j’ai fait un choix. Le choix de faire quelque chose qui ne ressemble pas forcement à d’autres et je me rends compte que la détermination pour la réussite d’un projet ne s’arrête pas au jour du départ.
La préparation d’une Aventure est toute une méthode à suivre, elle continue pendant sa réalisation et surtout elle exige la gestion du retour. Le retour au quotidien et à ses habitudes. Je ne vous cache pas que je suis heureux de rentrer, de revoir mes proches, de retrouver certains d’entre vous à l’arrivée mais je me prépare aussi à affronter le retour aux règles. C’est ce que je vis après chaque projet mais cette fois ci ça sera différent car j’ai le temps de sentir l’arrivée et je rentre chez moi dans ma belle ville, je rentre à Caen.

24/10
Bonjour à tous,
Vendredi nous avons quitté Hanovre par une magnifique journée (climat tempéré accompagné d’un beau soleil).
Si seulement ce sympathique vent dont nous avons tant besoin au quotidien n’était pas aussi mal orienté et ne s’entêtait pas à nous affronter de face !
Le relief est toujours présent mais cela fait parti de l’aventure. C’est vrai, ça faisait longtemps que nous n’avions pas eu un climat aussi agréable. Les pistes cyclables sont une magnifique invention mais qu’est ce que c’est embêtant de les utiliser quand elle vous obligent à rallonger votre chemin. Mais après tout maintenant nous privilégions la sécurité

Anthony

Anthony